Neuvaine à Sainte Jeanne D’Arc du 22 au 30 mai.

SAINTE.JEANNE.VOIX02

Le chemin de Jeanne (Neuvaine)

Premier jour
Jeanne, le Seigneur a chargé l’Archange saint Michel de vous apparaître
et de vous annoncer votre mission de sauver le royaume de France.
Jeanne, votre grand désir de servir Dieu et de tout faire pour lui plaire,
Vous font prononcer le « fiat » malgré vos craintes de ne pas être digne
et capable d’accomplir cette mission.
Le ciel vous a donné une épée pour combattre,
et les voix de sainte Catherine et de Sainte Marguerite pour vous guider.

Intercédez pour que nous puissions toujours répondre à notre vocation.

Deuxième jour
Jeanne, vous rendez visite au Dauphin de France.
Vous lui révélez qu’il est le véritable héritier de France, et fils de roi,
Qu’il sera couronné à Reims et que vous êtes venue pour l’aider
à accomplir ce désir du Ciel.
Vous livrez ensuite de nombreuses batailles contre les Anglais,
et vous en sortez toujours victorieuse.
Vous livrez également bataille au péché dans votre propre camp,
et vous demandez à vos soldats de retrouver l’état de grâce.

Intercédez maintenant pour que notre pays se souvienne de son baptême
Et retrouve le chemin des sacrements.

Troisième jour
La semaine de Pâques de cette année 1430,
alors que vous vous  trouvez dans un fossé de Melun,
les voix de saintes Catherine et Marguerite vous annoncent
que vous serez faite prisonnière avant la fête de la saint Jean,
et que Dieu vous viendra en aide durant cette épreuve.
Vous êtes alors envahie d’angoisse
et tentée de ne pas vous soumettre
à la volonté divine afin de sauver votre vie.

Priez pour nous, afin que nous fassions toujours la volonté de Dieu, et non la nôtre.

Quatrième jour
C’est le 26 Mai, après une rude bataille, que vous êtes prise par un archer du camp adverse. Vous êtes ainsi arrêtée et accusée par l’Inquisition d’hérésie et d’idolâtrie.
Malgré vos craintes et vos peurs, vous vous   laissez emprisonner.
Vous gardez confiance en vos voix, et vous demandez-leur intercession afin de répondre aux questions qui vous sont posées.

Demandez à Dieu, pour nous, le courage et l’audace d’affirmer notre foi.

Cinquième jour
Vous êtes torturée moralement, assaillie par de nombreux et interminables interrogatoires, abandonnée et trahie de tous, y compris du Roi.
Traitée comme une prisonnière de guerre,
menacée corporellement par les gardiens de votre cellule.
Accusée de nombreuses fautes que vous n’avez pas commises, sans avocat.
Toujours docile aux conseils de vos voix,
vous répondez sans crainte à tout ce que l’on vous demande.

Intercédez pour que nous ayons toujours recours à la prière dans nos difficultés.

Sixième jour
Tous tes accusateurs s’acharnent pour vous faire faillir,
pour vous faire contredire les faits que vous relatés ;
ils vous accusent, vous menacent de tortures physiques,
vous harcèlent sans cesse durant des heures ;
en vain, vous avez toujours réponse à toutes les questions,
jusqu’au jour, où, n’en pouvant plus,
effrayée par la mort, vous reniez tout.
Puis, par la grâce de Dieu,
vous acceptez avec courage le martyr et revenez sur vos reniements.
Malgré la reconnaissance de certains de vos juges,
de l’intervention divine dans votre conduite,
vous êtes condamnée à mort par le supplice du feu.

Priez pour que la France relève la face, et se souvienne de ses promesses faites à Dieu.

Septième jour
Jeanne, vous êtes surnaturellement soutenue par le Ciel,
mais vous n’échappez pas aux angoisses provoquées par la sentence.
Vous auriez préféré « être décapitée sept fois plutôt que brûlée et réduite en cendres. »
Sur le bûcher, une fois liée,
vous demandez pardon aux anglais et à tous tes ennemis,
pour les batailles livrées contre eux,
et, d’une voix haute et claire,
vous pardonnez à tous ceux qui vous ont condamnée.
« Mes saintes ne m’ont pas trompée, ma mission était de Dieu. Saint Michel, sainte Marguerite et sainte Catherine, vous tous, mes frères et sœurs du Paradis, venez à mon aide… »
Au milieu des flammes, vous regardez la croix qui vous est présentée, et vous prononcez le Nom de Jésus avant de mourir.

Soyez notre modèle dans l’obéissance, dans la confiance en Dieu, et la persévérance dans notre mission

Huitième jour
Alors que le bourreau éteint le brasier,
afin que tous voient le cadavre défiguré de celle qui les a fait trembler,
il écarte les cendres et le miracle apparaît devant leurs yeux effrayés :
Votre cœur est là, rempli d’un sang vermeil et semblant vivre encore !
Du soufre et de huile sont alors répandus dessus,
le feu reprend puis s’éteint à nouveau, le laissant toujours intact.
Inquiet de ce miracle, et craignant l’émotion du peuple,
le cardinal d’Angleterre ordonne que vos os,
vos cendres et surtout votre cœur soient jetés immédiatement dans la Seine.
Le bourreau dit alors : « J’ai grand peur d’être damné pour avoir brûlé une sainte »
Des cris s’élèvent dans la foule : « Nous sommes tous perdus car une sainte a été brûlée ! »

Aidez-nous à servir Dieu, et à ne chercher que la gloire du Ciel.

Neuvième Jour
Après votre mort, mourut la prospérité des Anglais en France.
Depuis le bûcher de Rouen, ils ne connurent que déceptions et défaites.
A leur grande honte et confusion, ils furent rejetés de tous les pays qu’ils avaient conquis.

Tous ceux qui avaient jugé avec mauvaise foi la Pucelle,
trouvèrent la mort peu de temps après la sienne.
L’évêque Cauchon, enrichi par le Roi d’Angleterre, mourut subitement ;
il fut excommunié par le Pape, et ses os furent jetés aux bêtes féroces.
Ainsi s’accomplit la prédiction faite à Jeanne, en sa prison, par ses voix :

« Tu auras secours. Tu seras délivrée par une grande victoire. Prends tout en gré. Ne te soucie pas de ton martyre. Tu viendras enfin au Royaume du Paradis. »

Que la résurrection soit le seul but de notre vie.
Soyez présente à nos côtés, et contribuez encore à la sanctification de notre pays.

Réciter, après chaque journée, la prière suivante :
Prions.
Sainte Jeanne d’Arc, votre martyr est la grande victoire de Dieu sur nos ennemis.
Intercédez  du Royaume des Cieux,
pour que nous soyons préservés des guerres contre notre pays,
et des assauts contre notre foi.
Que la France se souvienne qu’elle est la Fille Aînée de l’Église.
Seigneur,
nous Vous rendons grâce,
car Vous avez béni notre pays en nous donnant Jeanne d’Arc.
Suscitez encore de nombreuses vocations,
pour garder intacte la mission apostolique de la France.
Amen.

Pour finir, réciter
un Pater, un Ave et un Gloria.

FRISE.ROSES.DE.MARIE.private-category-barre-separation-rose-img

Publicités
Neuvaine à Sainte Jeanne D’Arc du 22 au 30 mai.

Supplique à Saint Michel Archange du pape Léon XIII (†1903)

EGLISE.SAINT.MICHEL.BELLE.STATUE

Cette prière, composée par le pape LÉON XIII, d’après le formulaire des Exorcismes du Rituel Romain, complétée et mise en français dans le texte authentique ci-dessous, devrait être récitée fréquemment (notamment  le mardi jour des anges), par tous, en public comme en privé, pour mettre en fuite les démons, diminuer leur action perverse sur les pécheurs, préserver l’Église, la Patrie et les Familles, de grands maux.


Le R. P. Amorth, exorciste romain, précise que lorsqu’un fidèle dit cette prière en son particulier, il ne s’agit pas du sacramental de l’exorcisme, mais d’une prière de délivrance.
Cependant, on conseille de la prier avec application après s’être confessé, avoir assisté à la Sainte Messe et avoir communié.
Don Pasqualino Fusco, prêtre exorciste, « Pour se défendre du Malin »
Édition les Amis de l’Archistratège. 2011, page 142.

(Important: Munissez-vous d’un crucifix et d’eau bénite.
Comptez une 1/2 heure de récitation. Le temps d’un chapelet).
.

†††

(Commencez par réciter en introduction les psaumes 67 et 34).

Faites un signe de Croix

In nómine Pátris et Fílii et Spirítus Sancti.
(Au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit)
Amen

Psaume LXVII
Que Dieu Se lève, et que Ses ennemis soient dispersés;
et que fuient devant Sa face ceux qui le haïssent.
Comme se dissipe la fumée, dissipez-les ;
Comme la cire se fond au feu,
que les pécheurs disparaissent devant Dieu.

Psaume XXXIV
Seigneur, jugez ceux qui me veulent du mal.
Triomphez de ceux qui m’assaillent.
Qu’ils soient confondus et rougissent de honte,
Ceux qui en veulent à ma vie,
Qu’ils reculent et soient confondus ceux qui méditent ma perte.
Qu’ils soient comme la poussière au souffle du vent,
Et que l’Ange du Seigneur les chasse devant lui,
Que leur voie soit ténébreuse et glissante,
Et que l’Ange du Seigneur les poursuive.
Car, sans cause, ils ont caché leur filet pour ma ruine,
C’est sans fondement qu’ils ont porté blâme contre moi.
Que la ruine tombe sur lui à l’improviste,
Que le filet qu’il a caché le saisisse ; qu’il y tombe et périsse.
Et mon âme exultera dans le Seigneur,
Elle goûtera l’allégresse dans Son salut.
Gloire soit au Père, au Fils et au Saint Esprit,
Comme il était au commencement, maintenant,
Et toujours dans tous les siècles des siècles.

Ainsi soit-il.

(Puis enchainez avec la supplique  du pape Léon XIII à Saint Michel):

« Très Glorieux Prince de la milice céleste, saint Michel Archange, défendez-nous dans la lutte et le combat que nous devons affronter contre les principes et les puissances qui ourdissent dans ce monde de ténèbres, contre tous les esprits pervers “qui errent dans l’atmosphère” (Eph. VI, 12.). Venez en aide aux hommes que Dieu avait créés vierges de toute errance, “forgés à l’image de sa propre nature”, et rachetés “à si grand prix” (Sag. II, 23,et I Cor.VI, 20.) de la tyrannie exercée par le  démon.

Maintenant encore, vous-même, saint Michel et toute l’armée des Anges bienheureux, combattez le combat du Seigneur, tout comme antan, vous avez lutté contre Lucifer, le coryphée de la superbe, et contre ses anges apostats. “Et voici, ils ne purent vaincre, et leur lieu même ne se trouva plus dans le Ciel. Et il fut précipité, le grand dragon, l’antique serpent, celui qui est appelé le diable ou Satan, le séducteur du monde entier,
il fut précipité sur la terre, et ses anges furent précipités avec lui”
(Apoc. XII, 8-9.)

Or, voici que cet antique ennemi, “homicide dès le principe” (Jn VIII, 44.), s’est dressé avec véhémence, “déguisé en ange de lumière” (II Cor XI, 14.), ayant pour escorte la horde des esprits pervers, c’est en tout sens qu’il parcourt la terre, et partout s’y insère : en vue d’y abolir le Nom de Dieu et de son Christ, en vue de dérober, de faire périr et de perdre dans la damnation sans fin, les âmes que devait couronner la Gloire éternelle. Le dragon maléfique transfuse, dans les hommes mentalement dépravés et corrompus par le cœur, un flot d’abjection : le virus de sa malice, l’esprit de mensonge, d’impiété et de blasphème, le souffle mortel du vice,
de la luxure et de l’iniquité universalisée.

L’Église, épouse de l’Agneau Immaculé, la voici saturée d’amertume et abreuvée de poison par des ennemis très rusés ; ils ont porté leurs mains impies sur tout ce qu’elle désire de plus sacré. Là où fut institué le siège du bienheureux Pierre, et la chaire de la Vérité, là ils ont posé le trône de leur abomination dans l’impiété ; en sorte que le pasteur étant frappé, le troupeau puisse être dispersé. Ô saint Michel, chef invincible, rendez-vous donc présent au peuple de Dieu qui est aux prises avec l’esprit d’iniquité, donnez-lui la victoire et faites le triompher.

La Sainte Église vous vénère comme étant son Gardien et son Protecteur ; elle vous rend gloire comme étant son Défenseur contre toutes les puissances nuisibles, sur terre et dans les enfers ; à vous le Seigneur a confié de conduire les âmes des rachetés dans le lieu de la suprême Félicité. Priez le Dieu de la Paix qu’Il écrase Satan sous nos pieds, afin qu’il ne puisse plus, ni retenir les hommes captifs, ni nuire à l’Église. Offrez nos prières en présence du Très-Haut, afin que “surviennent en nous au plus vite les Miséricordes du Seigneur” (Ps. LXXVIII, 8.), et que vous saisissiez le dragon, l’antique serpent qui est le diable ou Satan, et que, “lié dans l’abîme, il ne séduise plus les nations” (Apoc.XX,3.).

Ainsi, nous fiant à votre protection et à votre patronage, de par l’autorité sacrée de notre Mère la Sainte Église, c’est en toute confiance que nous entreprenons de refouler, au Nom de Jésus-Christ, notre Dieu et Seigneur,  les infestations de l’astuce diabolique.

(Tout en continuant la récitation, brandissez le Crucifix)

V/ Voici la Croix du Seigneur, fuyez, puissances ennemies ;

R/Il a vaincu le lion de la tribu de Juda, le rejeton de David.

V/Que votre Miséricorde Seigneur soit sur nous ;

R/Selon la mesure même où nous espérons en Vous.

V/Seigneur, exaucez ma prière ;

R/Et que mon cri monte jusqu’à Vous.

 

Orémus : Humiliáte cápita nostræ Deo
(Prions: humilions notre tête devant Dieu)

Dieu et Père Notre Seigneur Jésus-Christ, nous invoquons Votre Saint Nom ; et, suppliant, nous réclamons très instamment votre Clémence, par l’intercession de la Vierge Immaculée, Mère de Dieu, de Saint Michel Archange, de Saint Joseph époux de Marie, des Saints Apôtres Pierre & Paul et de tous les Saints, daignez nous octroyer secours contre Satan et tous les autres esprits impurs qui parcourent le monde en vue de nuire au genre humain et de perdre les âmes. »

Per Christmu Dominum Nostrum, per ómnia sæcula sæculorum.
(Par  Jésus-Christ Notre Seigneur, pour des siècles, des siècles)

Amen

(Enchainez avec la prière d’exorcisme.)

Exorcisme

 -Se mettre debout car on ne s’agenouille pas lorsque l’on s’adresse au démon.
– À chaque fois que vous voyez le signe (†) il faut faire le signe de croix.

Nous t’exorcisons, qui que tu sois, esprit immonde, puissance satanique, horde de l’infernal ennemi, légion démoniaque, toute assemblée et secte diabolique; au Nom et par la « Vertu » (Luc. VIII, 46) de Jésus-Christ † Notre Seigneur, sois extirpé et chassé par l’Église de Dieu, des âmes (Matthieu. XII, 43) créées à l’image de Dieu et rachetées par le précieux Sang du Divin Agneau†.

Désormais, n’aies plus l’audace, perfide serpent, de tromper le genre humain, de persécuter l’Église de Dieu, de secouer et de « cribler comme le froment » (Luc. XXII, 31) les élus de Dieu †.

-Il te le commande, le Dieu Très Haut † à qui, en ton grand orgueil, tu prétends encore être semblable, Lui qui veut que « tous les hommes soient sauvés et parviennent à la connaissance de la Vérité » (I Timothée II, 4).

-Il te le commande, Dieu le Père †.
-Il te le commande, Dieu le Fils †.
-Il te le commande, Dieu le Saint Esprit †.

-Il te le commande, le Christ en Majesté, Verbe Éternel de Dieu fait chair †, qui, pour le salut de notre race, perdue par ta jalousie, « s’est humilié lui-même et s’est fait obéissant jusqu’à la mort » (Philippiens. II, 8), qui a édifié son Église, sur le « Roc » (Matthieu. VII, 24), et promis que « les portes de l’enfer ne prévaudront pas contre elle » (Matthieu. XVI, 18), puisqu’' »Il demeurera avec Elle jusqu’à la consommation des siècles » (Matthieu. XXVIII, 20).
-Il te le commande, le signe sacré de la Croix †, et la vertu inhérente à tous les Mystères de la Foi chrétienne †.
-Elle te le commande, la Très Auguste Mère de Dieu, la Vierge Marie † qui, dès le premier instant de son Immaculée Conception, a, par son humilité, écrasé ta tête trop orgueilleuse.
-Elle te le commande la Foi des saints Apôtres Pierre et Paul et des autres Apôtres †.
-Il te le commande le sang des martyrs et la pieuse intercession de tous les Saints et les Saintes †.

Ainsi donc, maudit dragon et toute légion diabolique, nous t’adjurons par le Dieu† Vivant,

Par le Dieu † Vrai,

Par le Dieu †Saint,

Par ce Dieu qui a tant aimé le monde au point de lui donner Son Fils unique, afin que quiconque croit en Lui ne périsse pas, mais ait la Vie Éternelle (Jean III, 15).

Cesse de tromper les humaines créatures, et de leur verser le poison de la damnation éternelle.
Cesse de nuire à l’Église et d’entraver sa liberté.

Arrière Satan, inventeur et maître de toute tromperie, ennemi du salut des hommes !
Cède ta place au Christ en qui tu n’as rien trouvé de tes œuvres !
Cède la place à l’Église, une, sainte, catholique et apostolique, que le Christ a acquise au prix de Son Sang !
Incline-toi sous la main puissante de Dieu !
Tremble et fuis, à l’invocation que nous faisons du saint et redoutable Nom, de ce Jésus qui fait trembler les enfers, à qui sont soumises les Vertus des Cieux, et les Puissances et les Dominations, que les Chérubins et les Séraphins louent dans un concert sans fin, disant : ‘’Saint, Saint, Saint est le Seigneur, Dieu des armées’’.

V. Seigneur, exaucez ma prière.
R. Et que mon cri s’élève jusqu’à vous.


Orémus :
Humiliáte cápita nostræ Deo.
Se remettre à genou.

Dieu du Ciel, Dieu de la terre, Dieu des Anges, Dieu des Archanges, Dieu des Patriarches, Dieu des Prophètes, Dieu des Apôtres, Dieu des Martyrs, Dieu des Confesseurs, Dieu des Vierges, Dieu qui avez le pouvoir de donner la vie après la mort, le repos après le travail, parce qu’il n’y a pas d’autre Dieu que Vous, et qu’il ne peut y en avoir si ce n’est Vous, le Créateur de toutes choses visibles et invisibles, Vous dont le règne n’aura point de fin : nous supplions humblement Votre Glorieuse Majesté d’user de Sa Puissance pour nous délivrer de toute tyrannie des esprits infernaux, de leurs pièges, tromperies, méchancetés, et de nous conserver indemnes de tout mal.
Par Jésus-Christ Notre-Seigneur. Ainsi soit-il.

V. Des embûches du démon.
R. Délivrez-nous, Seigneur.
V. Que Votre Église Vous serve dans la liberté, l’ordre et la paix ;
R. Nous Vous en prions, écoutez-nous, Seigneur.
V. Que les ennemis de Votre Sainte Eglise soient humiliés et convertis ;
R. Nous Vous en supplions, Seigneur, exaucez-nous.
(On peut, avant l’aspersion, terminer la récitation de l’Exorcisme par celle de l’Antienne qui est propre au temps de pénitence, suivie du Pater en silence).

Antienne

Seigneur,
ne Vous souvenez pas de nos fautes,
ni de celles de nos parents,
et ne tirez point vengeance de nos péchés ;
ne nous laissez pas succomber à la tentation,
mais délivrez-nous du mal.
Ainsi soit-il (Tobie. III, 3 – Matthieu. VI, 13).

(Tout en Récitant un Notre Père, aspergez d’eau bénite les personnes présentes, et les quatre coins de la salle.)

(Puis, remerciez aussitôt des grâces obtenues en récitant) :

Le Magnificat.

Mon âme glorifie le Seigneur ;
Et mon esprit est ravie de joie en Dieu, mon Sauveur ;
Car il a regardé la bassesse de sa servante ;
Et désormais toutes les nations m’appelleront Bienheureuse.
Car Il a fait en moi de grandes choses,
Lui qui est le Tout-Puissant, et dont le Nom est Saint.

Sa Miséricorde se répand d’âge en âge sur ceux qui le craignent.
Il a déployé la force de son bras ;
Il a renversé les superbes en dissipant leurs desseins.
Il a fait descendre les grands de leurs trône,
Et il a élevé les petits
Il a rempli de biens les affamés,
Et Il a renvoyé les riches, vides et pauvres.

Il a pris en sa Protection Israël son serviteur,
Se souvenant de sa bonté
Selon les promesses qu’Il a faites à nos pères,
À Abraham et à sa race, pour tous les siècles.

Gloire au Père, au Fils et au Saint-Esprit,
Comme il était au commencement,
Maintenant, toujours, et dans les siècles des siècles.

Ainsi soit-il.

 

 BIBLE.CRAMPON.RETOUCHE

Textes bibliques de références de la prière à Saint Michel.

« Car nous n’avons pas à lutter contre la chair et le sang, mais contre les princes, contre les puissances, contre les dominateurs de ce monde de ténèbres, contre les esprits mauvais répandus dans l’air. » (Éphésiens. VI, 12.)

« Or, Dieu a créé l’homme pour l’incorruptibilité, il a fait de lui une image de sa propre identité. » (Sagesse. II, 23)

« Car vous avez été rachetés à un grand prix. Glorifiez donc Dieu dans votre corps et dans votre esprit, qui appartiennent à Dieu. » (I Corinthiens. VI, 20.),

« Mais ils ne purent vaincre, et leur place même ne se trouva plus dans le ciel. Et il fût précipité, le grand dragon, le serpent ancien, celui qui est appelé le diable et Satan, le séducteur de toute la terre, il fût précipité sur la terre, et ses anges furent précipités avec lui. » (Apocalypse. XII, 8-9.)

« Le père dont vous êtes issus, c’est le diable, et vous voulez accomplir les desseins de votre père. Il a été homicide dès le commencement, et n’est point demeuré dans la vérité, parce qu’il n’y a point de vérité en lui. Lorsqu’il profère le mensonge, il parle de son propre fonds, car il est menteur et père du mensonge. » (Jean VIII, 44)

«Ces gens-là sont de faux apôtres, des ouvriers astucieux, qui se déguisent en apôtres du Christ. Et ne vous en étonnez pas; car Satan lui-même se déguise en ange de lumière. Il n’est donc pas étrange que ses ministres aussi se déguisent en ministres de justice. Leur fin sera selon leurs œuvres. » (II Corinthiens XI, 13-15.)

“Surviennent en nous au plus vite les Miséricordes du Seigneur” (Psaumes. LXXVIII, 8.)

« Et je vis descendre du ciel un ange qui tenait dans sa main la clef de l’abîme et une grande chaîne ; il saisit le dragon, le serpent ancien, qui est le diable et Satan, et il l’enchaîna pour mille ans, et il le jeta dans l’abîme, qu’il ferma à clef et scella sur lui, afin qu’il ne séduisit plus les nations, jusqu’à ce que les mille ans fussent écoulés. Après cela, il doit être délié pour un peu de temps. » (Apocalypse. XX, 1-3.)

Supplique à Saint Michel Archange du pape Léon XIII (†1903)